• Bobos, maladie

     

    Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France, le 14 mars 2003 a élaboré un guide (http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/maladie_enfant/sommaire.htm) détaillant le temps d’éviction scolaire – c’est-à-dire le temps pendant lequel un enfant atteint d’une maladie contagieuse ne doit pas fréquenter l’école. On y apprend qu’une rubéole ou une varicelle ne donne pas lieu à éviction ! Pour autant le Conseil rappelle que  pour  « toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, des vomissements ou une diarrhée profuse…), la fréquentation de la collectivité à la phase aiguë de la maladie infectieuse, n’est pas souhaitable, même si l’agent pathogène responsable de l’infection ne justifie pas par lui-même une éviction temporaire de la collectivité ».  En bref, du bon sens :  laisser aller à l’école un enfant malade ne va ni dans son intérêt, ni dans celui de la collectivité (que se passerait-il si enseignant et enfants étaient tous contaminés ?). La plupart du temps, le médecin propose de ne pas aller à l’école et fournit un certificat autorisant le parent à rester auprès de son enfant, certificat à remettre à son employeur pour obtenir une autorisation d’absence.

    Attention ! A l’école il n’y a pas d’infirmière, et l’on ne peut pas charger un enseignant d’administrer des médicaments.

    Pour un enfant   dont l'état de santé rend nécessaire l'administration de traitements médicaux particuliers , il faut organiser un projet d'accueil individualisé (PAI). Celui-ci permet de définir les adaptations nécessaires (aménagements d'horaires, dispenses de certaines activités, organisation des actions de soins, etc.). Il est rédigé en concertation avec le médecin de l'Éducation nationale (service de promotion de la santé en faveur des élèves) qui veille au respect du secret médical. 

    « Les différents intervenants dans l’école24 mai : un pique nique éco-citoyen dans les classes de GS ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter